comment-decouvrir-sa-mission-vie

Comment découvrir sa Mission de VIE?

Comment découvrir sa Mission de VIE?

16.95$

Quel est le sens de notre présence sur Terre? Dans ce livre, l’auteure nous amène à prendre davantage conscience des étapes de l’éveil, du dévoilement, de la révélation, de l’apprentissage et de la manifestation de notre Mission de Vie sur Terre pour obtenir plus de paix intérieure et de mieux-être.

Extrait du livre « Comment découvrir sa mission de vie »

Plusieurs parmi nous avons passé une partie de notre vie à rejeter l’incarnation, à nous demander pourquoi nous n’avions pas atterri sur la bonne planète, à pester contre la Terre et les comportements bizarres des humains.

Nous rendions les autres responsables de nos souffrances, de nos malaises, de notre mal-être et nous tentions par tous les moyens de fuir et de nous échapper de ce que nous croyions être une prison terrestre.

Ou encore nous remettions notre pouvoir et notre bonheur entre les mains des autres, des anges, des maîtres, des gurus, de l’invisible, du ciel, des autres dimensions, que nous sentions loin de nous et que nous cherchions à atteindre  pour ne plus ressentir la Terre, notre corps, notre vie.

Jusqu’au jour où nous avons compris le sens de notre incarnation et l’opportunité qui nous était offerte de pouvoir nous libérer et créer notre vie. Ce jour-là, un déclic s’est fait, un tournant définitif. Ce jour-là, nous sommes devenus maîtres de nos vies. Nous avons simplement compris que plus nous nous relions à la Terre, plus nous manifestons le Divin, en nous et dans le monde, plus nous rayonnons.

 étoile 2 gif    
Entrevue avec Sarah Diane Pomerleau

COMMENT DÉCOUVRIR SA MISSION DE VIE?

Devenir qui je suis, Être et Rayonner

Quel est le sens de notre présence sur Terre? Dans son nouveau livre, « Comment découvrir sa Mission de Vie? », Sarah Diane Pomerleau, nous amène à prendre davantage conscience des étapes de l’éveil, du dévoilement, de la révélation, de l’apprentissage et de la manifestation de notre Mission de Vie sur Terre, pour rayonner plus de paix intérieure et de mieux-être.

Shiva

Extraits d’une Entrevue de Sarah Diane Pomerleau,

réalisée par Jeannine Paradis.

Sarah, Comment pouvons-nous connaître notre mission de vie?

Si tu nais Avatar, tu connais ta Mission de Vie et même ton Destin. L’Avatar revient avec toute sa conscience, tous ses acquis. Il sait d’où il vient, où il va et ce qu’il vient faire. Quant à nous, il nous faut découvrir notre Mission de Vie. Certains la découvrent lorsqu’ils sont jeunes mais la plupart des gens prennent du temps pour la trouver. La problématique, c’est que nous sommes « anesthésiés et amnésiques » lorsque nous arrivons sur la planète Terre. Nous sommes venus au monde avec un voile. Il faut enlever le voile de l’oubli de qui nous sommes vraiment. C’est ce qui m’accablait, quand j’ai commencé à écrire ce livre, de constater que j’ai mis 30 ans avant d’enlever le voile, de savoir qui je suis, de sortir de l’ombre et d’entrer dans ma lumière! Ce n’est rien pourtant 30 ans, un petit clin d’œil dans le grand cycle.

Nous découvrons notre Mission de Vie, un pas à la fois. L’enfance et l’adolescence comportent des Indices de notre Mission de Vie, mais nous ne les reconnaissons pas. Elle se dévoile à certains moments, à la suite d’une rencontre, d’une lecture, d’un événement ou d’une vision. Ce qui ne veut pas dire que nous l’acceptons pour autant. Elle est d’abord dévoilée et, ensuite, elle nous est révélée, suite à une Illumination, un éveil de la conscience ou un déclencheur. Tout au long de notre vie, se trouvent des Intersections, des croisées de chemins très importantes. Une fois que notre Mission s’est révélée, nous débutons l’apprentissage, l’expérimentons, puis la manifestons.

Ce qu’il ne faut surtout pas oublier en 2011, c’est qu’autrefois les gens devaient mourir physiquement pour changer de Mission de Vie. Aujourd’hui, c’est différent. Nous avons plusieurs morts-renaissances dans une même vie! Parfois, le changement est très subtil, nous changeons d’emploi, de pays; d’autres fois, il est drastique! C’est comme un gant que nous retournons à l’envers. Puisque nous vivons plusieurs transitions-passages dans une même vie, nous pouvons avoir aussi plusieurs Missions de Vie, ou plusieurs facettes à notre Mission de Vie dans notre vie actuelle. Peu de personnes savent ce qu’elles ont à faire dès qu’elles arrivent au monde! C’est comme le chemin du « Petit Poucet » sur lequel on avance en semant des cailloux.

Combien de missions différentes pouvons-nous réaliser dans notre vie?

Autrefois, il m’aurait fallu au moins 11 vies pour faire tout ce que j’ai fait durant cette vie! Si vous observez la vie de vos parents et de vos grands-parents, en général, ils ont eu une vie et non pas dix vies en une!

Y a-t-il un lien entre notre mission et notre incarnation?

Pour tous les êtres conscients, oui! Pas pour les êtres non-conscients, qui n’ont pas encore changé le mécanisme de leurs croyances. Tous les êtres conscients, c’est-à-dire éveillés, reviennent s’incarner pour manifester leur Mission de Vie. Leur Mission de Vie peut être de revenir pour accompagner d’autres personnes qui vont s’éveiller et terminer leur cycle d’incarnation; parmi eux, des aidants, des enseignants, des soignants, etc. Leur incarnation sur Terre est une manifestation de leur Mission de Vie. Leur Mission de Vie est parfois très simple. Un bon électricien ou un bon plombier, à travers le métier qu’il aime, actualise sa Mission de Vie qui peut être de répandre l’amour; l’amour de son métier, de sa femme, de ses enfants, de ses amis, de sa société. Nous ne sommes pas obligés d’être le président des États-Unis pour avoir une Mission de Vie. La Mission de Vie, ce n’est pas comme au cinéma, c’est la quête et l’atteinte du bonheur. Comme dit si bien Éric Baret, « La Joie de ne rien Être » donne aussi un sens à sa vie.

Pourquoi  s’interroge-t-on sur la Mission de Vie présentement?

À partir du moment où l’on se reconnaît, où l’on a développé l’estime de soi, où l’on a trouvé notre place sur la Terre, jardinier ou boulanger, la question ne se pose plus. Quand la question se pose, c’est la pointe de  l’Iceberg. Sous la question, « Quelle est ma Mission de Vie? », il y a des sous-questions : « Comment se fait-il que je ne réussisse pas? Pourquoi n’est-ce pas moi qui chante à Las Vegas? Pourquoi personne ne m’aime? Pourquoi n’ai-je jamais rien eu? ». Toutes ces questions concernent la confiance en soi, l’estime de soi, l’amour de soi. Je crois que le principal obstacle qui nous empêche de connaître notre Mission de Vie, c’est d’abord et avant tout de ne pas savoir respirer! La non-reconnaissance de soi et de sa propre existence nous empêche de trouver notre Mission de Vie.Plus tu deviens en paix et te réconcilies avec toi-même, moins cette question se pose, car tu vas de mieux en mieux. Poser cette question, c’est un indice que tu n’es pas vraiment bien! Je n’ai jamais posé cette question à qui que ce soit. Pourtant plusieurs ont répondu à une question que je n’avais pas posée! Je ne me suis jamais posé cette question, même dans mes moments de désespoir. Ma Mission de Vie s’est imposée à moi! Au fond j’ai toujours su que, lorsque j’étais dans un état de plénitude, j’accomplissais ma Mission de Vie : « Être et respirer la Vie et la Joie ».

Lorsque tu enlèves tes masques, tu te réconcilies avec toi-même, tu arrêtes de te taper sur la tête, tu deviens tellement bien avec toi-même que tu fais ce que tu as à faire. Et si tu as à faire de grandes choses, à partir du moment où tu es bien avec toi même, on va te les servir dans une assiette en or, parce que tu seras capable de les accueillir et de les assumer. Voilà pourquoi je réponds par la finalité de la question. Quelle est ma mission de vie? Qu’est-ce que je fais ici? La question serait plutôt : « Comment faire pour être bien, pour être heureux et pour vivre le bonheur? » Lorsque tu rencontres une personne heureuse, sais-tu quelle est sa Mission de Vie? Cela pourrait être simplement d’être assise sur une terrasse, en train de siroter un verre… d’eau… et tout va bien! Ce jour-là, elle ne se pose pas la question « Quelle est ma mission de vie? »D’abord, elle Respire, et ensuite, elle Est et Rayonne.

Comment as-tu découvert ta propre mission?

En vivant une journée à la fois. J’ai réalisé que j’accomplissais ma Mission de Vie en écrivant ce livre. Un des indices les plus importants de ma Mission de Vie s’est produit à l’âge de 32 ans : 11 jours et 11 nuits d’Éveil et d’Illumination. L’Illumination ne se cherche pas et ne s’achète pas. Elle peut parfois conduire à la folie. Au cours de ces 11 jours et 11 nuits, j’ai tout arrêté : je ne travaillais plus, je ne mangeais plus, je ne sortais plus, je ne faisais plus rien, sauf être dans l’Illumination! Le ciel était ouvert, je parlais à Dieu directement, la lumière et les chants des anges descendaient vers moi. Je ne le savais pas, mais on me révélait ma Mission de Vie, comme elle fut révélée aux prophètes autrefois. Tous mes chakras se sont allumés en même temps, partout dans mon corps. Je ne savais pas ce qu’étaient les chakras. J’étais constituée d’entonnoirs d’énergie qui rayonnaient, il y en avait partout! Ce fut un puissant déclencheur, l’ouverture de tous mes chakras en même temps.

Aujourd’hui, l’exploration des chakras est au cœur de mes enseignements. Cette expérience fut un révélateur. Après ces 11 jours d’Illumination, je me suis rendue dans une librairie ésotérique, car j’avais besoin de comprendre ce qui m’arrivait. C’est alors qu’un livre du Maître Bulgare Peter Deunov, « L’Éveil de la Conscience, L’Amour Universel, Source de Vie », est venu à moi. Dans cette même librairie, un homme, que je ne connaissais pas, m’a dit : « Un jour vous enseignerez la spiritualité! » Après cette période, d’autres déclencheurs se sont succédé. Depuis, il y a une rivière parallèle au-dessus de moi et, de temps en temps, une porte s’ouvre et quelque chose descend vers moi; et là je dis oui ou non, j’avance ou je recule, je choisis de faire quelque chose. J’ai le libre choix de dire oui ou non.

C’est comme la médiumnité, j’aurais pu dire non. On a toujours le choix de dire oui ou non. D’ailleurs, pendant 10 ans, j’ai dit non à la canalisation qui est une des facettes de ma Mission de Vie. Pour découvrir ma Mission de Vie, j’ai appris à me choisir dans des circonstances parfois extrêmes : « Dire oui, quand tout autour dit non! » Lorsque j’ai choisi de retourner en Égypte, la deuxième fois, en 2001, pour rejoindre celui qui allait devenir mon second mari, je crois que toute la province de Québec était contre moi. J’ai appris à me découvrir et à être le plus « moi-même » possible. Tout cela, je ne le savais pas pendant que je le vivais. Sincèrement, c’est aujourd’hui, en écrivant, que je découvre que j’accomplis ma Mission de Vie. Pendant que je la découvrais, je ne le savais pas. Le plus intéressant, c’est que c’est loin d’être fini. Quand j’aurai débuté la prochaine étape, je vais me dire : « Mon Dieu, si j’avais su ça en 2011! » Plus je sais, moins je sais! Je n’ai pas vraiment d’idée sur ce qui s’en vient et je m’en porte très bien.

 

Quels points ont en commun les personnes qui se questionnent sur leur Mission de Vie?

Je dirais le manque de reconnaissance de soi, d’amour de soi. Elles ne comprennent pas que, si elles s’aiment davantage, si elles se réalisent, les gens qui les aiment vraiment vont les aimer davantage. Parfois c’est l’ego spirituel qui est mal placé : elles sont convaincues qu’elles sont revenues sur Terre pour accomplir une GROSSE mission! C’est une surévaluation de soi qui n’est pas meilleure qu’une dévaluation de soi. Certaines personnes refusent leur Mission de Vie, parce qu’elle leur semble tellement lourde. C’est souvent la peur qui les fait la refuser.

J’ajouterais aussi les points communs des personnes qui ont manifesté et réalisé leur Mission de Vie. Ces personnes ont toujours dit oui au moment des changements, lorsqu’elles rencontraient un déclencheur, une intersection, une passion, qui allumaient la joie, le soleil en elles. Elles ont dit oui, au moment des choix, des croisées, des intersections, des indices, et elles l’ont manifesté. Cela les a fait respirer, les a fait rayonner, comme un soleil. Elles sont passionnées, elles sont dans la joie. J’ai remarqué aussi que ces personnes ont une chose en commun : une fois qu’elles ont reçu, accepté, manifesté leur Mission de Vie, leur destinée, elles finissent toujours par redonner au centuple. Ce sont des philanthropes : elles créent des fondations, des organismes pour aider les gens.

Ne pas trouver sa Mission de Vie est-ce maintenir le voile?

Certaines personnes n’osent pas être qui elles sont vraiment. Parfois elles connaissent leur Mission de Vie mais elles la refusent. Elles ont peur de l’inconnu. Elles ont peur de laisser leur sécurité. Elles craignent d’être rejetées, de ne plus être aimées, de déplaire, d’être jugées. Elles ont peur d’être vues, connues, reconnues, de s’exposer. Si elles ont appris à se taire, elles craignent de parler, de s’exprimer, de dire leur vérité, etc.

Que suggères-tu aux personnes qui sont découragées de chercher?

D’abord, il faut vérifier si leurs attentes sont trop élevées. Si elles se comparent, elles se sentent écrasées. Les attentes trop élevées et la comparaison ne sont pas des stimuli pour la reconnaissance de soi.J’ai parfois des instants d’Illumination simplement en contemplant un arbre. Nul ne peut grandir à l’ombre d’un autre et pour grandir, il faut prendre sa place au soleil. Parfois, les gens se fient trop à la pensée magique du miracle. J’ai déjà rencontré des gens qui en étaient à leur trentième rencontre avec des médiums, espérant enfin que l’un d’eux leur dirait : « Tu deviendras guérisseur. Tu inventeras une méthode nouvelle et unique. Tu écriras des livres qui seront traduits en 67 langues et vendus à 432 millions d’exemplaires. Tu seras célèbre dans le monde entier. Tu seras riche. Le Pape et le Dalaï Lama te reconnaîtront. » Je n’ai jamais cherché ma Mission de Vie. J’ai vécu ce qu’il y avait à vivre au moment présent. Les portails s’ouvraient et j’accueillais ce qui arrivait. J’ai dégusté ma vie un jour à la fois. Je n’ai jamais lu sur le sujet.

Comment pouvons-nous avoir la certitude que nous sommes en train de réaliser notre Mission de Vie?

De deux façons : ou bien je suis habitée par la passion de la créativité, ou au contraire, je freine et je résiste. Par exemple, au début de mes canalisations, je m’enfermais dans mon bureau pour que personne ne le sache. J’interviewais des médiums, en tant que journaliste, ou je les assistais comme directeur de transe. Tout ça, pour éviter ma propre médiumnité. Il a fallu que mon second guide m’apparaisse pour que j’accepte ma médiumnité. Les indices peuvent être une grande passion ou une grande résistance.

Est-ce que nager avec les Dauphins fait partie de ta Mission de Vie?

Quand je nage avec les dauphins, je ne me pose pas de question sur ma Mission de Vie. Je plonge dans la Joie et la Liberté! Notre Mission de Vie, c’est de vivre l’instant présent. Les dauphins me l’ont appris. Je leur rendrai hommage dans mon prochain livre : « Les Dauphins, ces Anges de la Mer ».

Jeannine Paradis est Enseignante et Coach en Développement personnel

L’entrevue complète sera présentée sur le site de Sarah Diane Pomerleau dès juillet 2011 www.samsarah.com et les stages www.sarahdianepomerleau.alchymed.com

  

Sarah Diane Pomerleau

Sarah Diane Pomerleau, M.Ed. (Maîtrise en Éducation) est née à Saint-Jean-sur-Richelieu, Québec, Canada. Elle est formatrice en développement personnel, maître de REIKI, auteure de plusieurs livres, éditrice et conférencière internationale. Elle a créé et élaboré, depuis 1993, La Méthode Samsarah (md), l’exploration consciente des passages, la thérapie des passages de la vie et de la mort, une voie de libération.

Cette approche propose des techniques et des rites de passages pour accompagner les quatre grands passages : la naissance, la vie, la mort et l’autre vie. Ces enseignements sont transmis au cours de formations pour thérapeutes, passeurs, intervenants de la santé et autres, en Europe, en Amérique du Nord et du Sud, en Afrique du Nord et bientôt en Australie.

Voir plus...

Produits en vedette